Confinement – Revenir à soi

avril 28, 2020
Aline Hatey Pelizzari

En cette période si particulière que nous traversons, j’ai souvent une pensée pour mes client(e)s que je ne peux recevoir et conseiller en cabinet.

Actuellement à la maison pour garder mon fils de 4 ans, mes journées de maman sont bien remplies par les bavardages et les demandes « maman, tu joues ?! » les trois-quarts du temps. Autant dire qu’une fois que j’ai atteint le quart restant, je fais ce que je conseille à mes clients : je m’occupe de préparer des repas équilibrés et sains, de rincer mes graines germées pour qu’elles poussent bien (le plein de vitamines et de minéraux+++, indispensable ces temps-ci), et un peu de moi… quand même !

Photo by Sage Friedman on Unsplash

Chacun vit le confinement à sa façon

Pour certains, l’ennui gagne du terrain, l’angoisse d’être seul augmente ; pour d’autres, cela paraît interminable, avec l’impression de se sentir inutile, ou encore coincé(s) entre quatre murs en famille entre télétravail et enfants, les devoirs, et assurer au mieux dans tous les domaines… Et d’autres encore sont confrontés directement à la perte d’êtres chers dans une période déjà peu évidente à gérer. Compliqué !

Sans compter que l’on nous annonce chaque jour des nombres qui font froid dans le dos, des solutions qui se contredisent à longueur de temps et des infos plus ou moins sérieuses sur les recherches en cours, des projets plus ou moins fumeux, de quoi se demander où tout cela va nous mener… Un peu anxiogène, oui, à moins de prendre un peu de recul et de revenir à soi.

Revenir à soi

Il n’y a rien d’égoïste à cela : les relations avec les autres sont toujours améliorées dès que l’on prend conscience de ses propres besoins, envies et difficultés. Cette période de confinement nous ramène aux questions fondamentales de notre existence puisque, pour beaucoup d’entre nous, l’activité habituelle s’est arrêtée ou a diminué ou s’exerce de manière différente, en télétravail par exemple, dans un contexte environnemental différent. Le calme s’est imposé, la pollution a diminué, les horaires ont changé. Pas de train ou de métro à prendre, la voiture sort du garage pour aller faire les courses une fois par semaine, voire même pas si l’on s’y rend à pied ou à vélo.

Que de moments propices à s’exercer à la pleine conscience !

S’asseoir dans le jardin avec ses enfants et regarder les fourmis passer portant des brindilles.
Déguster un thé en appréciant son odeur, sa chaleur en bouche, en savourant tous les arômes, et ce moment de plénitude, confortablement installé(e) dans un fauteuil ou un canapé moelleux.
Pas besoin de s’asseoir en tailleur pour faire cela, un ralenti de la vie de tous les jours permet d’en apprécier les petits moments qui passaient tellement furtivement dans la vie « d’avant ».

Cette période peut aussi être vécue comme une opportunité pour un changement d’habitudes : vous avez le temps, ou un peu plus selon votre contexte personnel ! Quelques idées :

  • Préparer des pommes de terre vapeur au lieu de mettre des frites toutes prêtes au four, faire vos carottes râpées ou les couper en petits morceaux plutôt que de les acheter en barquettes imbibées d’une sauce parfois douteuse, faire des petits desserts maison en faisant des essais (avec des boissons végétales, sans gluten, au sucre de coco ou sirop d’agave, …), utiliser une partie du jardin en créant un potager si vous avez la chance d’en avoir un, et tellement d’autres choses encore.
  • Intégrer des « rituels », des repères qui vous mettront dans une énergie positive : Commencer la journée par faire l’exercice de la salutation au soleil, vous nettoyer la langue au réveil et avaler un grand verre d’eau tiède citronnée ensuite, faire 3 respirations complètes (gonfler le ventre puis la cage thoracique, bloquer quelques secondes, et expirer profondément en dégonflant d’abord la cage thoracique puis le ventre) avant de passer à table le midi et le soir, allumer une bougie parfumée et/ou mettre en fond sonore de la musique que vous appréciez particulièrement une fois la journée de travail terminée pour changer d’ambiance. Un des points les plus importants est également de respecter le rythme circadien ou biologique de votre corps – et particulièrement ces temps-ci afin de préserver votre système immunitaire – cela passe par le sommeil, une heure de coucher vers 23 heures au plus tard favorisera une meilleure santé en général.
  • Travailler à la maison: changer de tenue avant et après apporte souvent une dynamique de travail que vous ne ressentirez pas de la même manière en restant en pyjama ou en jogging/chaussons toute la journée. On pense à s’étirer régulièrement et à faire une courte pause pour respirer et regarder au loin de temps à autre, surtout si le travail s’effectue sur écran. On n’oublie pas de s’hydrater régulièrement, un demi-verre d’eau toutes les heures, pour éviter les maux de tête.
  • Avec les enfants à la maison: on garde du temps pour jouer avec eux, s’émerveiller et rire, partager des moments câlins. Les enfants, les adolescents, ont eux aussi besoin d’être rassurés et c’est aussi important que les devoirs à rendre pour leur avenir puisque la confiance en eux-mêmes et en le monde se met en place maintenant !

La liste peut être longue et vous pouvez y intégrer ce qui vous fait le plus plaisir, tout en respectant les consignes médicales et gouvernementales en cours. Mon seul conseil : nourrir votre corps de bonnes choses et votre mental de belles pensées, c’est un soutien précieux pour votre santé sur tous les plans – physique, mental, émotionnel, psychique, etc. Je vous souhaite le meilleur dans ces jours à venir. Alors, prenez soin de vous, restez chez vous, et profitez-en 😉

Share
Share